Roman

Copie, pour lecture, disponible sur demande…

Page couverture Salvare

On dit que l’art est salvateur. J’ai écrit Salvare pour libérer mon âme, pour réfléchir à voix haute sur le terrible fléau de la violence humaine. 

Joseph est un militaire défroqué, de retour du Moyen-Orient avec  son fils Khalil. 

Un beau jour, à l’épicerie, il croisera une femme inconnue, à qui son fils sourira. Depuis la mort violente de sa mère, l’enfant n’avait plus sourit. 

Dans un élan irraisonné, il kidnappera Jeanne, une architecte célèbre, et la séquestrera dans une chapelle abandonnée, sur la terre ancestrale de son père.

Profondément blessé par la violence humaine, il cherchera en Jeanne, l’ultime solution pour sauver le monde car son désir le plus profond est de sauver son fils des atrocités dont il a été témoin.

C’est un huit clos au rythme soutenu, dans lequel une étrange relation se tissera entre les 3 personnages.

Salvare se veut un reflet de notre nature humaine, de toute l’empathie qui côtoie en nous une violence aveugle. Qui est vraiment la victime, qui est vraiment le bourreau ? Jeanne, Joseph, ou Khalil. C’est aussi un questionnement sur l’innocence.

La fin inattendue nous laisse avec autant de réponses que de questions…

Commentaires de lecteurs :

 «  […] ce qui m’est venu à l’idée en le parcourant?  Je me disais, sur ses peintures je vois des mots, des gestes, de la vie, du mouvement, des ÉMOTIONS.  Sur les mots de son livre, je vois des images, plein d’images, des gestes, de la vie, de l’ÉMOTION PURE, de la force, de la résilience. Ton roman captive, il ne nous laisse pas de répit, il n’y a pas de temps mort, pas de ce que j’appelle  « du remplissage ».  J’aime toute cette dimension psychologique, cette tension palpable qu’on voudrait voir s’arrêter sans vouloir mettre fin à notre lecture.  Tes personnages sont puissants dans leur démesure, on s’attache à eux […].  Et que dire de ta fin, tu m’as scié les deux jambes […] »

   ***

«[…] Les chaines ce n’est plus Jeanne mais nous le lecteur qui y sommes attachés […] Nous sommes enchaînés , nous vivons l’aventure […] Je trouve la fin super intéressante et très approfondie  »

***

 «Quand je l’ai lu, ça m’a fait penser à Acide sulfurique, d’Amélie Nothomb»

%d blogueurs aiment ce contenu :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close